Coronavirus en France : le point par région, des consignes pour éviter un boom… – Linternaute.com

thumbnail


Coronavirus en France : le point par région, des consignes pour éviter un boom estival

CORONAVIRUS. Le Covid-19 circule toujours en France sur une tendance à hausse. Les autorités sanitaires insistent, en s’adressent particulièrement aux jeunes adultes : il faut continuer à respecter les gestes barrières et éviter les rassemblement en lieux clos.

La tendance se confirme désormais : les derniers chiffres communiqués par Santé Publique France rendent bien compte du regain du Covid en France  en hausse. “La proportion de tests positifs augmente à 1,4% et on constate une hausse sensiblement plus marquée chez les jeunes adultes”. Les autorités sanitaires appellent ainsi ces derniers au “bon sens” et à “veiller à la sécurité des autres”, en cette période estivale propice aux rassemblements et festivités. “S’ils ont peu de risque de développer une forme grave de la maladie, les jeunes peuvent contribuer à diffuser le virus s’ils ne respectent pas les mesures barrières et contaminer leurs proches, parents, grands-parents et les personnes fragiles, pour lesquelles les conséquences peuvent être graves”, rappelle le ministère de la Santé, qui rappellent des consignes et conseils essentiels : se retrouver avec ses proches “en plein air plutôt que dans des lieux clos, […] limiter le nombre de participants, de porter systématiquement le masque quand les personnes ne font pas partie du cercle familial habituel ou en présence de personnes à risque et surtout de garder les distances entre personnes”. Les autorités sanitaires mettent en garde face au relâchement des gestes barrières, notamment dans les lieux de socialisation prisés des jeunes : cafés, restaurants, plages en premier lieu. Le gouvernement a donc prévenu : si le regain de l’épidémie s’aggrave, la fermeture des bars dans certaines régions serait envisagée.

Voici le nombre de reproduction du Covid-19 par région, communiqué par Santé publique France au 21 juillet (les chiffres sont actualisés chaque semaine). Il s’agit d’une estimation, sur 7 jours, du nombre moyen de personnes contaminées par un porteur du virus. S’il est supérieur à 1 (orange) alors un malade va contaminer en moyenne une autre personne. S’il est supérieur à 1,5 (rouge), alors un malade va contaminer en moyenne 1,5 personne, autrement dit 100 malades vont en contaminer 150 autres, ce qui signifie que l’épidémie se diffuse de manière importante.

Le ministère de la Santé précise que “cette valeur n’est qu’un indicateur et comme tous les indicateurs, elle ne doit pas être appréhendée seule. En effet, ce nombre de reproduction du virus varie dans le temps et dans l’espace, en particulier lorsque les chiffres sont faibles (ce qui est le cas actuellement en France métropolitaine)”.

Santé Publique France est attentif à un indicateur qui permet de suivre l’évolution du Covid-19 en France : le taux d’incidence. Plus solide que le taux de positivité des tests qui donne un aperçu à un instant T, ce taux représente le nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR “survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées”, rapporté au nombre d’habitants. Le seuil d’alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants. L’incidence hebdomadaire atteint les 9 cas / 100 000 habitants, selon le bilan du mardi 28 juillet. La carte ci-dessous rend compte de la situation dans tous les départements français.

Lire aussi

<!– AMP-LIVE-REMOVE-ME –>

11:30 – 18 personnes en réanimation en PACA

Selon le dernier bilan établi par l’ARS PACA, 1 personne supplémentaire est décédée durant les dernières 24h (964 au total) alors que 386 personnes sont toujours hospitalisées dont 18 dans les services de réanimation.

11:15 – Une situation “préoccupante” à Bordeaux ?

Selon Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, “la situation sanitaire est préoccupante dans la ville en raison de l’augmentation des cas de Covid-19, notamment dans les quartiers du Grand-Parc et des Chartrons.” En effet, ces deux quartiers concentrent 53% des cas positifs à Bordeaux. Pour pallier la propagation du virus les habitants du Grand-Parc et des Chartrons vont recevoir des bons pour se faire tester en laboratoire d’analyses. L’ARS Nouvelle-Aquitaine va également installer, vendredi 31 juillet, des centres de dépistage gratuit à l’école maternelle Condorcet, l’autre aux halles des Chartrons.

11:00 – Deux décès de plus dans le Grand Est

Selon le dernier bilan, deux personnes supplémentaires sont décédées dans le Grand Est portant le bilan à 3609 morts. 663 personnes sont hospitalisées (solde négatif de 5 personnes) et 18 le sont en réanimation (solde négatif de 1 personne).

10:45 – Une étude pour mieux comprendre la réponse immunitaire face au Covid-19 (3/3)

“Cette étude exploratoire nous encourage, car nous commençons à comprendre l’impact de la réponse immunitaire sur la progression du Covid-19 et les voies susceptibles de moduler cette réponse” a expliqué Pr Eric Vivier, PhD, Directeur Scientifique d’Innate Pharma et Professeur au Centre d’Immunologie de Marseille Luminy. Grâce aux résultats, un essai clinique a été lancé. Ce dernier “évalue “en double aveugle avdoralimab chez des patients atteints d’un Covid-19 entrainant une pneumonie sévère”.

10:30 – Une étude pour mieux comprendre la réponse immunitaire face au Covid-19 (2/3)

L’étude avait également pour but d’analyser les effets d’une molécule nommée avdoralimab (IPH5401), un anticorps au stade clinique, qui bloque C5aR1. Les résultats montrent que le blocage de la voie C5a-C5aR1 pourrait limiter l’infiltration des cellules myéloïdes aux sites inflammatoires et prévenir l’inflammation pulmonaire associée à un SDRA chez les patients atteints de Covid-19.

10:15 – Une étude pour mieux comprendre la réponse immunitaire face au Covid-19 (1/3)

Dans la revue scientifique Nature, le Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (Inserm, CNRS, AMU), les Hôpitaux Universitaires de Marseille – AP-HM (Hôpital de la Timone et Hôpital Nord), l’Hôpital Laveran, l’Université Aix-Marseille (AMU), ainsi que le laboratoire d’immunoprofiling de Marseille Immunopôle / AP-HM à l’Hôpital de la Timone, se sont penchés sur les cellules immunitaires des patients présentant un Covid-19 à différents stades de la maladie pour mieux combattre la maladie. Selon les résultats, les patients atteints d’une forme sévère ont une activation de la voie C5a/C5aR1 (C5a est un peptide hautement inflammatoire et C5aR1 son récepteur).

10:00 – Sept décès de plus en Ile de France

Selon le dernier point de Santé publique France, 6 personnes supplémentaires sont décédées ce mercredi portant le total à 7563. Le solde des hospitalisations est négatif de 66 personnes alors que 181 patients sont toujours en réanimation.

09:47 – A Quiberon, le maire veut rassurer habitants et touristes

La mairie de Quiberon, dans le Morbihan, qui a enregistré 32 cas supplémentaires hier, a tour de même allégé ses mesures sanitaires anti-coronavirus. Les plages seront de nouveau accessibles de 23h à 4h du matin. Le maire adjoint de la ville Gildas Quendo affirme par ailleurs que “le cluster identifié à Quiberon est maîtrisé”. “Il n’y a pas de danger de mort, pas d’hospitalisation, certainement des souffrances”, a-t-il ajouté au sujet des nouveaux cas découverts après le dépistage organisé entre vendredi et lundi. 

09:46 – 247 clusters actifs en France

Selon le dernier bilan de Santé publique France, le nombre de clusters continuent de grandir en France, preuve de la circulation accrue du virus. En 24h, ce sont 22 nouveaux clusters qui ont été identifiés pour un total de 247.

09:44 – “Dans une rue où il y a plusieurs personnes qui se baladent, je recommande le port du masque”

Et s’il fallait se montrer encore plus prudent et porter un masque même dans la rue ? Le ministre de la Santé a fait savoir qu’il était préférable d’être d’une grande vigilance : Olivier Véran, en déplacement dans les Yvelines, a en effet recommandé hier soir “le port du masque” à l’extérieur quand “il y a des concentrations de personnes”. Le ministre de la Santé a illustré : “Quand vous êtes dans une rue où il y a plusieurs personnes qui se baladent, je recommande le port du masque”. A l’inverse, “lorsque vous êtes seul sur une place publique, ou dans un parc, et qu’il n’y a personne autour de vous, cela fait forcément moins sens”, a-t-il poursuivi.

<!– AMP-LIVE-REMOVE-ME –>

Le dernier bilan quotidien de l’épidémie de coronavirus a été communiqué mercredi 29 juillet par le ministère de la Santé. Si le nombre de patients en réanimation continue de baisser, la Direction générale de la santé note une “circulation virale” en augmentation. Le taux de positivité des tests passe de 1,3% à 1,4%. 15 nouveaux décès ont été recensés. Voici les derniers chiffres :

  • 30 238 décès au total
  • 19 723 décès à l’hôpital
  • 10 515 en Ehpad 
  • 5 450 hospitalisations en cours
  • 380 personnes actuellement en réanimation
  • 81 500 personnes sorties de l’hôpital
  • Taux de positivité des tests : 1,4%
  • 247 clusters en cours d’investigation 

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l’épidémie. En cumul, depuis le début de l’épidémie, 107.110 personnes ont été hospitalisées.

Si les indicateurs dans les hôpitaux restent pour l’heure assez bons, la recrudescence de la circulation du coronavirus est désormais avérée. Pour en prendre la mesure, voici ce qu’il faut retenir du dernier point complet sur l’épidémie de coronavirus effectué par Santé publique France, rendant compte de l’évolution du Covid sur la semaine passée (semaine 29, du 13 au 19 juillet). Voici les points clés à retenir avant l’actualisation des données le 31 juillet :

  • Le coronavirus se propage de plus en plus en France. Plusieurs indicateurs augmentent entre les semaines 28 et 29 : le nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 (4397 contre 3910 soit +12,5%), le taux de positivité des tests (1,2% contre 1,1%) et l’incidence des cas (6,6 cas/100 000 habitants en France et 5,5 cas/100 000 habitants en métropole, soit +27%). Ce dernier augmente désormais beaucoup plus vite que les dépistages, qui semblent plafonner (+3% entre S28 et S29). Surtout, Santé publique France indique que pour la première fois depuis le franchissement du pic épidémique en avril, l’incidence chez les personnes âgées de 75 ans et plus augmente de nouveau.
  • Le coronavirus est particulièrement actif dans sept départements, avec un taux d’incidence supérieur à 10 cas sur 100 000 habitants : la Mayenne (72,4/100 000 habitants), les Vosges (20/100 000), le Finistère (15,6/100 000), le Val d’Oise (13,3/100 000), le Haut-Rhin (13,1/100 000), Paris (12,5/100 000) et la Seine-Saint-Denis (11,1/100 000). Concernant la Guyane et Mayotte, SpF note des pics épidémiques franchis et une poursuite de la circulation du coronavirus à un niveau élevé.
  • Le nombre de reproduction est aussi en hausse. Le “R effectif” (nombre moyen de personnes infectées par un cas) est compris entre 1,26 et 1,29, Santé publique France mettant en avant deux estimations. Elles sont en tout cas en progression par rapport à la semaine 28 (R=1,18) et “significativement supérieures à 1, ce qui indique que l’épidémie est en progression”. Les R effectifs régionaux sont “significatifs” dans 5 régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Pays de la Loire.
  • Les médecins de plus en plus sollicités. Santé publique France souligne une augmentation du taux de consultations pour infection respiratoire aigue (IRA), qui passe 27/100 000 habitants à 36/100 000 habitants. Il en va de même pour le nombre d’actes SOS Médecins, en hausse pour la quatrième semaine consécutive (3163 contre 2339) et le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (1914 contre 1515). Le nombre de nouvelles hospitalisations de patients est stable (604 contre 606), mais la baisse des admissions de patients en réanimation connaît un coup d’arrêt (83 contre 78). Une augmentation des signalements en établissements médico-sociaux (Ehpad) est aussi soulignée depuis deux semaines (98 en semaine 28 et 105 en semaine 29).
  • Les taux hebdomadaires de décès (pour 100 000 habitants) continuent de diminuer ou restent stables entre les semaines 28 et 29 dans la plupart des régions, hors Guyane, Guadeloupe, Grand-Est, Pays-de-Loire, Normandie, PACA et Bretagne où la tendance est à une légère hausse.

Alors que le regain d’activité du coronavirus en France inquiète, la question de l’arrivée d’une seconde vague épidémiologique, qu’elle touche l’ensemble du territoire ou seulement quelques zones, se pose de plus en plus. Et avec elle, les craintes de nouvelles restrictions des libertés de circulation. Pour enrayer la propagation du virus, le gouvernement n’exclut d’ailleurs pas un reconfinement partiel et la fermeture de certains bars. Mi-juillet, le Premier ministre Jean Castex a évoqué l’idée de nouvelles mesures contraignantes, mais il a insisté sur la volonté du gouvernement de limiter les conséquences d’une telle mesure sanitaire. “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général” qui serait “catastrophique” d’un point de vue économique et social. En cas de reconfinement, il s’agirait d’établir “des reconfinements très localisés”, c’est-à-dire par villes ou zones délimitées. “Nous nous adapterons”, a assuré Jean Castex, dans un entretien publié par Nice Matin. “Même si le nombre de cas repart à la hausse, les tests positifs restent dans des moyennes basses par rapport aux pays qui nous entourent. Et les hospitalisations restent à un niveau maîtrisé. (…) La priorité, c’est encore et toujours la prévention”, a-t-il ajouté. 

Derniers articles sur le coronavirus

Back To Top